L’entraide ouvrière genevoise fête ses 10 ans



Article du 08.03.13 in La Tribune de Genève

L’OSEO-GE a été créée en 2003 à Genève. Christian Lopez Quirland, directeur, évoque son évolution.

Après dix ans d’activité, quel est le bilan de l’Œuvre d’entraide ouvrière genevoise?
On constate aujourd’hui une augmentation des besoins des demandeurs d’emploi. Notre association, OSEO-GE, est passée de deux collaborateurs à soixante-cinq! Depuis dix ans, notre public cible s’est également considérablement élargi. Au début, nous accueillions surtout des non-francophones. Aujourd’hui, nous recevons de plus en plus de jeunes en rupture de scolarité et nous touchons un public de plus en plus qualifié.

Quels sont les principaux enjeux pour l’avenir?
Tout d’abord, l’emploi et le chômage doivent devenir des priorités absolues pour leCanton. Il faudrait créer une sorte de «Plan Marshall», se mettre autour de la table avec tous les acteurs politiques pour développer des solutions durables. Ensuite, il faut s’occuper de la situation des jeunes de moins de 30 ans. Ce n’est pas normal de commencer sa vie par la case chômage. Notre troisième objectif sera de développer et de renforcer notre collaboration avec les entreprises. Nous ne sommes pas des créateurs d’emplois. Aujourd’hui, nous travaillons avec une centaine d’entreprises dans tous les secteurs. Nous voulons encore renforcer la qualité des stages et développer nos partenariats.

En parlant de partenariat, quels sont vos rapports avec l’Etat?
L’Etat a toujours été présent, notre collaboration est excellente. Il se montre très à l’écoute de nos propositions, à l’écoute des moyens dont nous avons besoin. Nous avons développé une vraie relation de confiance. Mais il faut aller encore plus loin, car la complexité du marché du travail demande des solutions globales et coordonnées.

Paolo Coelho était votre invité hier soir. Pourquoi lui?
Il a été touché par notre travail. Il est lui-même très engagé envers les jeunes au Brésil. Pour nous, c’est aussi un signe de reconnaissance qui va au-delà des frontières genevoises!

 Marion Baud-Lavigne

Comments are closed.
Top